Oulhaça d'après Ibn Khaldoun

Ramifications et Histoire de la Tribu de Nefzaoua

Les Nefzaoua, .enfants d'Itouweft, fils de Nefzao, fils de Loua l'aîné, fils de Zahhik, forment un grand nombre de tribus, savoir : les Ghassaça, les Merntça, les Zehîla, les Soumata, les Zatîma, les Oulhaça, les Medjra, les Ourcîf et, peut-être même, les Meklata. Mekla1, le père de ceux-ci, n'appartenait pas, dit-on, à la race berbère; il était arabe yémenite, mais il tomba, encore jeune, au pouvoir d'Itouweft et fut adopté par lui. Les Meklata se partagent en plusieurs branches, telles que les Beni-Ourîagol, Jes Gueznaïa, les Beni-Isliten, les Beni-Dimar-ou-Rîhoun et les Beni-Seraïn. On dit aussi que les Ghassaça en font partie.

Nous donnons ces renseignements sur l'autorité de Sabec-el- Matmati et d'autres généalogistes berbères.

Les Oulhaça se composent de plusieurs branches parmi lesquelles on remarque les Ourtedîn, enfants de Dihya, fils d'Oulhas, et les Ourfeddjouma , enfants de Tîdghas, fils d'Oulhas.

Les Ourfeddjouma se partagent en un très-grand nombre de tribus dont l'une, appelée les Zeggoula [ou Zeddjala], s'adonna à la vie nomade et tira son origine de Zeggal, fils d'Ourfeddjoum. Les Ourfeddjouma formaient la portion la plus nombreuse et la plus puissante de la tribu de Nefzaoua.

Les Ourfeddjouma et les autres branches des Oulhaça, vivent aujourd'hui dispersés en petites bandes, à cause de l'affaiblissement auquel ils ont été réduits. Une de ces peuplades, celle qui en est la mieux connue, habite la région maritime de Tlemcen où elle s'est mêlée avec les Koumïa, tribu dont elle est l'alliée tant à causé de leur origine commune que d'une confédération formelle1. Vers le milieu de ce huitième siècle, ils eurent pour chef un de leurs parents nommé Ibrahîm-Ibn-Abd-el-Mélek. Cet homme se déclara pour Abou-'l-Hacen le mérinide, après que ce sultan eut éprouvé, aux environs de Cairouan , le revers qui lui fut si fatal et qui fournit aux Abd-el-ouadites l'occasion de rentrer eh possession de la ville et du royaume de Tlemcen. Ibrahtm fut pris par le sultan abd-el-ouadite, Othman-Ibn-Abd-er-Rahinàn, et mis à mort dans la prison de cette capitale.

Une fraction des Oulhaca bien connue est celle qui se trouve dans la plaine de Bone. Elle a des chevaux pour montures ; ayant adopté non-seulement la langue et l'habillement des Arabes, mais aussi tous les usages de ce peuple. En cela elle a imité l'exemple des Hoouara. On la compte au nombre des tribus qui paient l'impôt. Elle prend ses chefs dans la famille des Arîd, une de ses grandes maisons, et elle obéit maintenant aux fils de Hazem-Ibn-Cheddad- Ibn-Hizam-Ibn-Nasr-Ibn-Malek-Ibn-Arid. Avant d'être gouvernée par les Beni-Arîd, elle reconnaissait à ses parents de la famille Asker-Ibn-Bâttan le droit de la commander. Voilà tout ce que nous savons des Oulhaca.

Source : Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique Septentrionale. Par Ibn Khaldūn. Traduit par William Mac Guckin Slane

 

Commentaires (2)

1. ben aissa 18/10/2009

jaimrai savoire lorigine des 10 héctares de sidi yakoub

2. boulenouar 25/05/2010

salamo-alikoum,j habite en france,et ce que je cherche dans ce site le numero de telephone de la zaoia de sisi benaissa el hadi (djazouli),je suis victime d une femme sorciere qui habite le village de sidi ahmed remchi,depuis plus de 16ans et cette femme avéc sa famille sont tous des sorciers et j ai rien pu faire avéc eux et je vous le jure que vous dit la verité et je suis sur de moi et si vous voulez m aidez yerhamkoum allah avéc un fatha,et doaa .cette femme sont origine de mehrez et sidi abdelkrim la connais et a insulté la zaoia et tous les gens de oulhaca que je les aimes .prier pour q allah jibalha mousiba,et si rani dalamha moi aussi la meme chose je veux tester pour la derniere fois notre zaoia de sidi el djazouli barak allah fikoum

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site